Couverture 2869311370 Sous la direction de Jean M. Goulemot

Expérimentation scientifique et manipulation littéraire au siècle des Lumières

Qu’elles en soient ou non conscientes, les Lumières du XVIIIe siècle inspirent encore notre époque. N’ont-elles pas, avant nous, fait du bonheur un art de vivre, dénoncé l’inégalité entre les hommes, donné à notre raison le pouvoir de nous rendre libres, humains, tolérants et ouverts au monde ? Ne sont-elles pas à la source de nos positionnements contradictoires, le refus du monde devenu chez Rousseau une valeur morale, ou le libertinage outré, contraire à la vertu et à la transparence qu’elles prônent ?
Il reste à interroger leur art de convaincre. Leur discours est-il strictement démonstratif, à la façon des sciences que les philosophes pratiquent et érigent en modèles ? La seule raison est-elle à l’œuvre dans le conte philosophique de Voltaire qui caricature les théories adverses ? N’y a-t-il pas manipulation dans des fictions arbitraires prétendant être autant d’expérimentations et de relations objectives ? Le philosophe se pose en détenteur irréprochable de la vérité. Le spectateur de Marivaux est séduit par les faux-semblants qu’utilisent les personnages pour parvenir à leurs fins.
Essayons donc, à travers les études ici présentées, de questionner ce statut d’autorité que s’octroient les hommes des Lumières, figures annonciatrices de trop de nos maîtres à penser contemporains.

Publié en novembre 2014, 224 pages, 15,5 x 23 cm
21,00 €Littérature | Hors collection | ISBN : 978-2-86931-137-4
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311362 Laurent Fichet

Le Langage musical baroque
Éléments et structures

La plupart des musiciens savent comment fonctionne la musique tonale, que ce soit à force de la pratiquer ou après des études dans les conservatoires. Pour aller plus loin et tenter de comprendre les origines de ce langage musical (qui reste majoritaire dans la culture occidentale), il faut se pencher sur la structuration du langage musical baroque, qui a permis la première stabilisation de la tonalité.
On peut se demander pourquoi la musique tonale n'utilise que deux modes et non les cinq autres théoriquement possibles, pourquoi le mode mineur se présente sous trois aspects différents ou encore pourquoi certains accords reviennent plus souvent que d’autres (par exemple, ceux qui sont placés sur les degrés I, V, IV et II).
Les réponses les plus probables se trouvent à la fois dans l'analyse de partitions de la période baroque et dans l'étude des théories de certains musiciens comme J.-P. Rameau.
Aussi le présent ouvrage s'inspire-t-il largement des traités des musiciens ou des philosophes de l'époque (Rameau, mais aussi Rousseau, d'Alembert, Werkmeister, Kirnberger, Mersenne, Descartes...) ainsi que de théories plus récentes de musicologues (C. Dahlhaus, J. Chailley, S. Gut...), et parfois de l'auteur.

Publié en octobre 2014, 192 pages, 15,5 x 23 cm, nombreuses illustrations musicales, index, bibliographie
22,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-136-7
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311354 Catherine Kintzler

Penser la laïcité

La laïcité est une idée à la fois simple et difficile – ce n'est pas incompatible. C'est paradoxalement sa pauvreté (son minimalisme) qui en fait la puissance. Il ne sert à rien de dire qu'elle est abstraite : son efficacité concrète s'apprécie à la quantité de liberté qu'elle rend possible.
C'est ce qu'on essaie de montrer en examinant les questions « de terrain » qui ont jalonné les deux dernières décennies, entre autres : qu'est-ce que l'extrémisme laïque ? Comment la laïcité a-t-elle été offerte en cadeau à l'extrême droite ? L'interdiction du masque intégral est-elle d'inspiration laïque ? La liberté des cultes requiert-elle un soutien public ? Une entreprise peut-elle revendiquer la laïcité ? Y a-t-il une « spiritualité laïque » ?
Autant d'occasions pour l'auteur de tester une théorisation générale et d'élargir la réflexion par des échappées philosophiques – sur la nature du lien politique, les formes de la liberté, la notion de communauté, l'identité, la notion de position critique, le statut de la culture, celui de la morale et de la perfectibilité.

Publié en janvier 2014, 224 pages, 15,5 x 23 cm
22,00 €Société | Hors collection | ISBN : 978-2-86931-135-0
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311346 Jean-Yves Bosseur

Vocabulaire de la musique contemporaine

Troisième édition, revue et augmentée

Acoustique, hétérophonie, multimédia, musique concrète, partition virtuelle, stochastique, autant de termes clés se rapportant à la théorie et la pratique des courants de la musique nouvelle. Un commentaire clair et rigoureux cerne les notions évoquées et fournit à l'appui près de deux cents définitions parmi les plus pertinentes données par les compositeurs eux-mêmes, de Schoenberg à Stockhausen en passant par Stravinsky, Bártok, Messian, Ives, Boulez, Xenakis, etc, Un panorama vivant des tendances, des innovations et du débat d'idées qui animent la musique d'aujourd'hui.

Publié en octobre 2013, 224 pages, 15 x 22 cm, chronologie, bibliographie, index
22,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-134-3
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311338 Mathilde Aubat-Andrieu, Laurence Bancaud, Aurélie Barbé et Hélène Breschand

La Harpe aux XXe et XXIe siècles

Le jeu et l’image même de la harpe ont considérablement évolué depuis un siècle. Son actualité foisonnante et les multiples mondes musicaux qu’elle investit témoignent de l’intérêt grandissant dont elle est l’objet. Pour répondre aux questions qu’elle suscite, ce livre fait le tour du paysage actuel de la harpe, en abordant l’organologie, le répertoire contemporain et surtout la description de l’écriture spécifique qui s’est développée et diversifiée aux XXe et XXIe siècles.
L’influence mutuelle entre compositeurs et harpistes novateurs a ouvert de nouveaux horizons et élargi la technique de l’instrument, leurs expérimentations ayant une incidence directe sur la notation, toujours en mouvement. Parallèlement, le travail des facteurs de harpe et les progrès technologiques ont permis de mettre au point la harpe électrique et la harpe MIDI, favorisant de nouveaux échanges entre des territoires musicaux très différents.
Cette recherche résulte de la rencontre de quatre musiciennes, réunies à l’initiative de Hélène Breschand et dont les parcours cheminent depuis des années à travers la musique vivante et la création.

Publié en mai 2013, 228 pages, 15,5 x 23 cm, près de 300 illustrations musicales, bibliographie, index
26,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-133-6
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 286931132X Jean-Yves Bosseur

L'Œuvre ouverte, d'un art à l'autre

Le statut de l’œuvre d’art a connu de profonds bouleversements au XXe siècle, en particulier à partir des années 1950. Dans les différents champs d’expression, nombreux sont les artistes qui ont fait en sorte que leurs œuvres ne soient plus fixées sous une forme définitive, univoque, mais qu’elles puissent se présenter sous de multiples facettes.
Ce sont toutes ces modalités d’ouverture de l’œuvre qui sont tour à tour envisagées ici, dans les domaines de la musique (Cage, Boulez, Stockhausen...), de la littérature (Joyce, Queneau, Butor...), de la danse (Cunningham, Nikolaïs...), des arts plastiques (Calder, Rauschenberg, Nam June Paik et les artistes du mouvement Fluxus...), de l’architecture (Gehry, Buckminster Fuller,Yona Friedman...).
Mais l’ouverture de l’œuvre reste-t-elle une visée utopique, un projet dominé par des principes de nature combinatoire, ou bien contribue-t-elle à réduire l’écart entre celui qui produit et celui qui reçoit ? À l’heure où culture semble rimer davantage avec consommation, divertissement, voire distraction ou politique des loisirs qu’avec connaissance, le débat sur l’« œuvre ouverte » est, par définition, loin d’être clos.

Publié en mars 2013, 224 pages, 15,5 x 23 cm, illustrations, bibliographie, index des noms
23,00 €Beaux-arts | Hors collection | ISBN : 978-2-86931-132-9
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311311 Joëlle-Elmyre Doussot

Vocabulaire de la musique vocale

Plus ancienne forme d’expression humaine, seule autorisée par le dogme religieux, le chant a acquis très tôt ses lettres de noblesse, la mélodie amplifiant la puissance du texte. Incantation, prière, expression de désespoir ou de joie, il a de tout temps accompagné les moments de la vie, jusqu’à être investi de pouvoirs divins.
Cet ouvrage essaie de brosser le tableau le plus complet possible des formes qu’a prises la musique vocale, chants populaires ou savants, religieux ou profanes, ballades, motets, cantates, sans oublier la forme la plus aboutie, l’opéra, qui, depuis cinq siècles, ne cesse de séduire le public et d’inspirer les compositeurs. De même est évoquée l’évolution de l’art vocal, manière de chanter, timbre, émission de la voix ayant changé selon les époques, les nations ou les civilisations.
Devant l’ampleur du domaine de recherche et des documents collectés, ce Vocabulaire s’est attaché à offrir des définitions simples, des clés de compréhension, tout en veillant à ce que cette lecture reste un plaisir, un chemin vers la découverte d’un univers paraissant familier mais d’une infinie variété, d’une richesse inouïe.

Publié en mai 2012, 256 pages, 15 x 21 cm, illustrations musicales, bibliographie, index
22,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-131-2
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311303 Henri Pigaillem

Stradivarius
Sa vie et ses instruments

Antonio Stradivari, dit Stradivarius, évoque pour l’initié comme pour le profane un nom de légende, que la qualité des violons et autres merveilles instrumentales qu’il produisit tout au long de sa carrière a fait passer à la postérité.
Attaché comme nul autre à son atelier et à sa ville de Crémone, capitale immortelle des luthiers italiens, il vécut nonagénaire au service constant de la musique par l’amour sans faille qu’il portait à son expression la plus parfaite.
Pénétrer son art et sa technique, le découvrir parmi les siens, le voir côtoyer les plus grands interprètes et compositeurs de son temps, et répondre aux commandes des plus puissants seigneurs d’alors, tel est le parcours proposé dans ce livre, sans équivalent par la richesse de sa documentation et des références historiques qu’il contient.
De plus, cette biographie comporte un répertoire de plus de 400 modèles de sa production connue, témoignage ô combien vivant de la pérennité des stradivarius au fil des siècles auxquels maints possesseurs ont voulu à jamais associer leur nom.

Publié en mars 2012, 224 pages, 15,5 x 23 cm, illustrations, index des instruments, bibliographie
22,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-130-5
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 286931129X Catherine Kintzler

Jean-Philippe Rameau
Splendeur et naufrage de l'esthétique du plaisir à l'âge classique

Troisième édition, revue et augmentée

Jamais Rameau n’a été aussi actuel, dans son art comme dans sa science. Hautain, insolent, herculéen, admirablement obstiné, méditatif, hyperactif, magnifiquement dissonant et magnifiquement silencieux, il vous râpe les oreilles tout en vous enchantant.
Il lut Descartes pour y apprendre à lire comme les bienheureux dont parle Alain, il tint tête dans sa folie spéculative aux plus grands esprits de son siècle, écrivant une musique que parfois il était le seul à entendre ; il fut un de ces très grands musiciens pour qui la musique n’a pas pour fonction d’adoucir les mœurs mais de réveiller la pensée.
Ce Rameau-là, c’est aussi celui que Jean-Jacques Rousseau éclaira par une aversion lumineuse qui ne peut se réduire à un mouvement d’humeur. Pour comprendre, il n’est pas nécessaire d’aimer : il faut remonter aux principes et en déceler l’organisation afin de mieux les démonter. Parce qu’il travailla son aversion pour en faire une pensée et une contre-pensée, Rousseau fut et reste ici le meilleur instituteur, malveillant et extralucide.

Prix de Littérature musicale de l'Académie Charles Cros 1983
Publié en octobre 2011, 240 pages, 15,5 x 23 cm, bibliographie
23,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-129-9
Acheter sur Amazon.fr
Couverture 2869311281 Sylvie Bouissou

Crimes, cataclysmes et maléfices dans l'opéra baroque en France

Prix des Muses 2012 du meilleur essai

Ce livre propose une vaste étude sur l’opéra baroque en France, singulière exception culturelle en Europe, genre écartelé entre les règles conservatrices de l’Ancien Régime et le souffle des Lumières, et marqué par Lully et Rameau, mais aussi Charpentier, Jacquet de La Guerre, Desmarets, Destouches, Marais, Campra, Mondonville, Royer, Dauvergne, pour ne citer que les principaux.
Parce que l’homme heureux n’a pas d’histoire, l’opéra baroque offre au malheur une place de choix en s’articulant autour de crimes, cataclysmes et maléfices conceptualisés par l’auteur sous le terme de « catastrophe lyrique ».
Véritable mécanisme de la dramaturgie musicale de l’opéra, la catastrophe lyrique répond aux attentes d’un public avide de spectaculaire et d’émotions. Si les crimes outrepassent la morale ou la loi en brassant l’inceste, le suicide, le sacrifice et le meurtre, les cataclysmes aspirent à imiter au plus près la Nature par le biais d’orages, de tempêtes et de tremblements de terre tandis que les maléfices associent Enfers et sorcellerie, terrain privilégié de la démence, des métamorphoses et des monstres.
Poétisation musicale de la mort, de la violence et de la terreur, la catastrophe lyrique porte en elle une ambivalence troublante et paradoxale en cultivant le plaisir de l’horreur.

Publié en mai 2011, 304 pages, 15,5 x 23 cm, index des noms et des œuvres, illustrations musicales
25,00 €Musique | Musique ouverte | ISBN : 978-2-86931-128-2
Acheter sur Amazon.fr
Site réalisé par David Bonnet © 2005-2017 Tous droits réservés | Page générée en 0.0101 secondes | En cache